Archives pour la catégorie HISTOIRE

COMMENT PEUT-ON A UN MOMENT DE L’HISTOIRE OUBLIER L’HISTOIRE?

COMMENT PEUT-ON A UN MOMENT DE L’HISTOIRE OUBLIER L’HISTOIRE ? 

Différents théoriciens ont théorisé sur la notion d’histoire. Cette notion semble fondamentale, au regard de la place qu’elle occupe dans l’histoire de la philosophie. Voila pourquoi nous voulons réfléchir  sur le comment on peut être dans l’histoire tout en oubliant l’histoire ? Plusieurs questions se posent. Pour plus d’éclaircissements, nous allons dans notre réflexion d’abord élucider l’impact de la passion dans la vie de l’Homme. Enfin nous verrons la théorie du grand Homme, acteur principal de l’histoire. 

Avant toute chose une définition conceptuelle s’impose. La passion peut être définie comme une inclination exagérée de l’âme, un dérèglement de la raison du à l’appétit sensible. Ainsi donc, la passion se caractérise par une poursuite aveugle de « l’objet de passion.» L’être passionné poursuit sans pouvoir justifier sa poursuite.  On peut donc dire que la passion est une détérioration de la volonté dans la poursuite de ses fins. Dans l’Encyclopaedia Universalis, Vol12 P.591 il est dit : « Il est impossible d’exister sans passion. » La passion est donc définie comme l’énergie vitale, ce qui nous pousse à agir. Dans le Vocabulaire Technique et Critique de la Philosophie   d’André LALANDE P.746 on lit : « une passion est une tendance d’une certaine durée, accompagnée d’états affectifs et intellectuelles d’images en particulier et assez puissante pour dominer la vie de l’esprit. » On convient donc avec  HEGEL que : « Rien de grand n’a jamais été accompli, ni saurait s’accomplir sans passion. » Au regard de la définition de la passion, ainsi que ses manifestations, nous pouvons légitimement affirmer que grâce a la passion nous sommes dans l’histoire, tout en l’ignorant. 

Mais en fait comment cela est-il possible ? Autrement dit quel exemple peut-on retenir pour mieux illustrer nos propos ? Pour répondre à cette question, la théorie du grand Homme nous semble d’une importance capitale. En effet le grand Homme en agissant pense agir pour son propre compte. Il ignore, au moment de son action, qu’il est un acteur fondamental de l’histoire. Nelson MANDELA,  en assumant sa vie, en acceptant les privations et les brimades, en ignorant la tentation en œuvrant et en réclamant l’égalité en Afrique du Sud, pensait satisfaire un besoin personnel. Or, il est « le héro » de l’histoire de la fin du XXème siècle en Afrique du Sud et même dans le monde. HERTZ  en découvrant les ondes ignore qu’il construit, crée ou fabrique l’histoire. Il en est de même pour  Louis PASTEUR et pour EINSTEIN qui en découvrant sa loi de gravitation universelle, semblait se satisfaire, or… Norbert ZONGO à l’image de Nelson MANDELA a marqué considérablement l’histoire des libertés au BURKINA FASO par la poursuite de sa passion qui est le journalisme d’investigation. C’est dans ce sens que Dans le Dictionnaire des Philosophes 2ème édition de Jacqueline LAFFITTE et de Noëlla BARAQUINE on lit à la P.141 : « Les grands Hommes qui semblent inventer l’histoire par des actes de leurs libres génies sont des individus naturels, dans lesquels la nature produit comme un instinct l’intuition, de ce que l’esprit exige et qui coïncide avec leurs propre spontanéité , avec leurs passions et leurs caractères. » 

Tout se passe comme si en luttant pour des ambitions personnelles MANDELA, Léopold Sédar SENGHOR, Norbert ZONGO, ainsi que Maître Frédéric Titinga PASSERE construisaient l’histoire de l’Afrique. L’histoire étant quelque chose de fondamentalement réalisée, au moment de sa réalisation, les Hommes concernés ignorent qu’ils font l’histoire. Autrement dit, les acteurs présents de l’histoire ne sont pas conscients qu’ils font l’histoire. Comme le disait Mahamadé SAVADOGO dans une de ses conférences, les « grands Hommes » tombent comme des douilles vides après l’accomplissement de leurs passions. Ceci pour dire que c’est après coup que le grand Homme se rend compte de sa réalisation.  Au terme de cette réflexion, il ressort que c’est en étant passionné que nous pouvons être en Histoire tout en l’oubliant. Le grand Homme acteur ou bâtisseur de l’histoire, ne pense pas au moment il agit, que son action a une porté universelle. Voila pourquoi HEGEL met dans le compte de la passion toutes les grandes choses, toutes les merveilles de l’humanité. 


Auteur :

ouetian

Nous sommes aujourd’hui, le

novembre 2017
L Ma Me J V S D
« sept    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Pages

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Sondage

Faut-il enseiger la philosophie en classe de seconde?

Chargement ... Chargement ...

Au p'tit livre |
ma vie a moi |
Feathers Heaven |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Français sans fautes
| le livre du loup
| euh....vraiment n'importe q...